Les chauves-souris, une espèce protégée sur notre territoire

L’Île-de-France compte 20 des 34 espèces de chauves-souris présentes en France métropolitaine. Ces mammifères nocturnes sont menacés à la fois par la perte de leurs habitats, mais aussi par l’éclairage nocturne dans les villes et les villages.

Pour en savoir plus, rendez-vous à la 1re rencontre francilienne autour de ces espèces protégées, mais consultez également le plan régional d’actions pour la sauvegarde des chauves-souris.

60

%

des chauves-souris de métropole vivent en Île-de-France

1ère rencontre francilienne autour des chauves-souris

Les premières rencontres chauves-souris en Île-de-France se dérouleront le samedi 19 novembre 2022 à d’Orsay (91). Cet événement vise à animer le plan régional d’action chiroptères, qui met en place des actions de protection des espèces de chauves-souris. À ce jour, beaucoup d’actions sont encore à mettre en place, et de nombreuses connaissances restent à découvrir notamment sur leur mode de vie/survie et leurs nécessités. En effet, pour protéger au mieux une espèce, il est important de bien la connaître.

Chauves-souris, un regard francilien | PRAC IDF

Afin de se localiser et visualiser leur environnement,

les chauves-souris émettent des cris à haute fréquence et analysent l’écho des obstacles alentour.

Un plan régional d’actions pour sauvegarder les chauves-souris - 2018-2027

Depuis 2018, l’Île-de-France est dotée d’un plan régional pour sauvegarder ces espèces protégées.

Ce Plan Régional d’Actions en faveur des chiroptères (PRAC) est un dispositif visant à mettre en œuvre un ensemble de projets ayant pour objectif la préservation des populations de chauves-souris à l’échelle régionale.
L’animation du PRAC est financée par la direction régionale et interdépartementale de l’environnement, de l’aménagement et des transports (DRIEAT). Le PRAC est copiloté par le bureau d’études BIOTOPE et l’association AZIMUT 230 et mis en œuvre par l’ensemble des partenaires régionaux qui s’y investissent.
Une des actions majeure de ce plan concerne la pollution lumineuse. Un groupe de travail, constitué d’associations, de collectivités, de bureaux d’études en environnement et en conception lumière, se réunit régulièrement pour animer et mettre en œuvre des actions sur cette thématique.

Oreillard gris, Plecotus austriacus | Biotope - Vincent Prié

Un rôle essentiel dans l’écosystème

Chaque nuit une chauve-souris consomme un tiers de son poids en insectes.

Lutter contre la pollution lumineuse et protéger les chauves-souris

L’urbanisation intense de la région implique un réseau d’éclairage public et privé important, engendrant une pollution lumineuse accrue. Le maillage créé par l’éclairage artificiel entraîne ainsi une fragmentation des milieux perturbant le déplacement des espèces Chiroptères.

D’autre part, le réseau routier dense en Île-de-France, est source de différentes perturbations sur les populations de chauves-souris. Les impacts de ces infrastructures vont de la collision directe avec les véhicules, à la fragmentation des territoires occupés ou encore à la perte d’habitats de chasse. En effet, certains territoires de chasse ne sont plus accessibles, ce qui fragilise les populations de chauves-souris franciliennes. L’éclairage des voies de circulation contribue également à augmenter cette perte de territoire de chasse, notamment pour les espèces qui fuient la lumière.

Partager la page

S'abonner

Sur le même sujet