Comprendre la sécheresse en Île-de-France

1 . Sécheresse ou étiage ?

L’étiage est un phénomène naturel qui correspond au niveau le plus bas atteint par une rivière ou un plan d’eau. Chaque année, le plus souvent en fin d’été dans le bassin Seine-Normandie, les cours d’eau connaissent une période de faibles débits dont l’amplitude est plus ou moins grande selon la quantité de pluie tombée.
Les nappes souterraines connaissent elles aussi des fluctuations liées à la variation des apports pluviométriques mais avec un temps de latence de plusieurs semaines, voire plusieurs années.
En revanche, si la faiblesse des débits des cours d’eau (parfois jusqu’à l’assec) ou du niveau des nappes se généralise et s’accentue, elle devient problématique : on entre en période de sécheresse. On parle de sécheresse hydrologique pour les cours d’eau et de sécheresse hydrogéologique pour les nappes souterraines.

2 . L’action des Grands Lacs de Seine

La Seine et la Marne bénéficient du soutien des quatre grands lacs situés en amont de l’Ile-de-France (le lac d’Orient sur la Seine, le lac du Temple sur l’Aube, le lac du Der sur la Marne, et le lac de Pannecière sur l’Yonne), gérés par l’EPTB Seine Grands Lacs.
Ces ouvrages ont un double objectif : l’écrêtement des crues en hiver, et le soutien du débit des cours d’eau en période d’étiage afin de maintenir des condition hydrologiques nécessaires à la dilution des pollutions et la protection des milieux aquatiques, l’alimentation en eau potable, la navigation et les usages économiques (énergie, industrie, irrigation).

Les restitutions des quatre lacs-réservoirs représentent en moyenne 50 à 60 % du débit à Paris au plus fort de l’étiage.

3 . Le suivi des débits et des niveaux d’eau

Tout au long de l’année, le suivi de l’ensemble des nappes et des cours d’eau fait l’objet d’un bulletin de situation hydrologique au niveau régional (mensuel) et à l’échelle du bassin Seine – Normandie (tous les deux mois en hiver et mensuel en période d’étiage). Ils sont basés sur les mesures :

  • de débits des rivières effectués sur des stations hydrométriques (données de l’unité « hydrométrie » de la DRIEAT Île-de-France) ;
  • le niveau de piézomètres pour les nappes (données BRGM).

Par ailleurs, pendant la période des basses eaux, la DRIEAT Ile-de-France publie chaque semaine un bulletin de suivi de l’étiage. Ce suivi permet de contrôler l’état des ressources en eau comparé à des seuils de référence prédéfinis et, si besoin, de prendre les mesures nécessaires de restriction des usages. Les mesures des stations de référence sont mises à jour hebdomadairement sur l’Hydroportail.

Pour en savoir plus sur les méthodes de suivi, consultez la rubrique dédiée au suivi des débits et hauteurs dans les cours d’eau.

4 . Quelles actions sont mises en œuvre en période de sécheresse ? 

En période de sécheresse, lorsque la ressource disponible n’est plus suffisante pour garantir à la fois les usages de l’eau et la préservation des milieux aquatiques, les préfets sont amenés à instaurer des imitations de certains usages, pouvant aller jusqu’à l’interdiction totale en fonction de la situation hydrologique.
L’objectif est de garantir les usages prioritaires de l’eau (en particulier l’alimentation en eau potable) dans le respect des écosystèmes aquatiques.

Anticiper la sécheresse
Les mesures à prendre en cas de sécheresse avérée sont déclinées sur la base de consignes nationales et adaptées aux enjeux locaux au sein du comité Ressource en eau du département. Ces mesures sont détaillées dans les arrêtés-cadres départementaux (ou interdépartemental pour Paris – proche couronne). Ces arrêtés-cadres définissent, par secteur, des seuils de débits (rivières) ou de niveau (nappes phréatiques), à partir desquels des mesures progressives de restrictions des usages de l’eau sont prises, ainsi que la nature de ces mesures.

Une cohérence globale entre les mesures départementales est assurée via l’arrêté-d’orientations de bassin signé par le Préfet coordonnateur du bassin Seine – Normandie. L’arrêté d’orientations du bassin en vigueur date du 22 février 2022.

En période de sécheresse :
Le préfet de département prend, conformément aux conditions définies dans l’arrêté-cadre, un arrêté préfectoral de limitation des usages de l’eau dès lors qu’il est nécessaire de réduire les prélèvements au vu des niveaux des nappes ou des débits des cours d’eau.
Ces arrêtés sont publiés sur le site internet : www.propluvia.fr
Pour plus d’informations, consultez l’article dédié au dispositif de crise

Voir la situation dans les départements d’Ile-de-France :
Paris et la proche couronne et les sites des préfectures Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine
Seine-et-Marne
Yvelines
Essonne
Val d’Oise

5 . Les bons gestes

Tous les acteurs de l’eau, collectivités, professionnels et particuliers sont invités à réduire leur consommation d’eau en faisant évoluer leurs pratiques, en particulier lors d’épisodes de sécheresse.

En 2023, le Gouvernement lance une campagne de communication auprès du public pour encourager les citoyens à adopter dès à présent six gestes simples permettant de réduire leur consommation :

Chaque geste compte


6 . En savoir plus sur la sécheresse en France

En savoir plus sur la sécheresse en France (ministère de la transition écologique) :
La sécheresse : site internet du Gouvernement

7 . En Île-de-France, trouver l’information

8. Kits de communication

Téléchargez ici les kits de communication nationaux :

Sécheresse : ayons les bons réflexes pour économiser l’eau

Chaque geste compte

Partager la page

Sur le même sujet